Nous sommes en rénovation. «Virtual Beauty» ouvrira le 07.06.24 à 19h00.

Michael Mandiberg

Virtual Background, 13.10.2020

HEK Net Work Mandiberg
Michael Mandiberg, "Sleep mode panel, 11:00 AM — 12:00 PM, June 28, 2020”, oil on canvas, 15.25 x 27.95 cm, 2020

Dernièrement, Mandiberg a peint le fond des ami·es avec lesquel·le·s Mandiberg a passé des appels vidéo pendant le confinement ; pour notre série HEK Net Works, Mandiberg en met certains à disposition pour qu'ils servent de fond virtuel à nos conversations en ligne.

Les "Virtual Backgrounds" de Michael Mandiberg peuvent être téléchargées ici du 13.10 au 10.11.2020 et être utilisées comme fond virtuel lors d'appels vidéo en ligne.

Déclaration de Michael Mandiberg sur leur travail Virtual Background (2020):
"Lorsque New York a fait une pause pour COVID-19, mes contacts humains et ma communication ont cessé. Comme beaucoup de travailleurs de l'information, je me suis retrouvé·e à passer des heures d'appels vidéo quotidiens. Une rotation de visages familiers, assis en face de moi dans des pièces inconnues, ponctuait ma journée de travail. J'ai visité des bureaux improvisés, les cuisines de collègues et les chambres d'enfants de mes étudiant·e·s, observant la façon dont les gens choisissent de cadrer leur environnement pour un appel, ou le négligent complètement. En réponse, j'ai commencé une série de peintures qui capturent et rassemblent ces interactions. Chaque tableau correspond à l'un des appels vidéo que j'ai passés pendant ma quarantaine, et représente la chambre de la personne que j'ai appelée. Chaque tableau mesure 6" x 11" et reflète les proportions 9:16 de l'appel Zoom. Si possible, j'ai essayé de terminer chaque tableau dans le laps de temps de l'appel vidéo d'où il provient. Cependant, lorsque les exigences de mon appel m'empêchent de peindre, je me suis laissé·e le temps d'achever les tableaux après coup. Je peins ces pièces sans la personne qui est assise devant la caméra. Ce faisant, cette série sert d'enregistrement des interactions marquées par l'absence. L'absence est due à des objectifs de mauvaise qualité, à des algorithmes de compression et à des connexions inégales qui transforment les couleurs blanc cassé en rose clair, en jaune et en bleu froid. Cette pratique de la peinture m'a aidé à faire face à l'épuisement cognitif de tous les appels vidéo, et à l'anxiété de l'auto-isolement pendant que les sirènes hurlaient dans les rues autour de moi. Je sais que l'isolement est un privilège, mais pour moi, c'est un privilège nécessaire, car je suis immunodéprimé·e. Peindre ces toiles a été une tentative d'enregistrement de la mémoire, tout autant qu'une pratique d'autoguérison et de préservation. Le temps a changé en l'absence d'une routine régulière et j'ai perdu la notion du jour. Ces peintures m'aident à garder une trace des expériences numériques qui sont plus susceptibles de s'échapper et d'être oubliées. Ce sont des souvenirs, et des mémoriaux.“

Michael Mandiberg est un·e artiste interdisciplinaire qui réfléchit sur les dimensions sociopolitiques des technologies de l'information, tout en explorant leurs expressions poétiques. Mandiberg a développé un logiciel qui convertit tous les prix sur une page web en leur valeur équivalente en barils de pétrole, et a ainsi attiré l'attention sur une crise écologique en cours (Oil Standard, 2005). Mandiberg a fondé l'initiative Art+Féminisme(2013-en cours), qui vise à promouvoir la présence des femmes dans l'encyclopédie en ligne Wikipedia. Mandiberg a également écrit un logiciel qui transforme l'ensemble de l'encyclopédie en ligne en 7 473 volumes de 700 pages entre 2009 et 2016, soulignant l'incongruité d'une telle opération (Print Wikipedia, 2009-16). Son travail récent, Postmodern Times(2016-18), consiste en des courts métrages commandés à la plateforme de crowdsourcing en ligne fiverr.com, pour la création d'un film qui reprend le thème du célèbre film de Charlie Chaplin, Modern Times, pour proposer un portrait actuel du travail à l'ère numérique.