13.01.2024 - 10.03.2024

Exposition

L'exposition «UBERMORGEN, Johanna Müller & Giulia Essyad. Art médiatique suisse - Pax Art Awards 2023» présente une sélection d'œuvres d'artistes primés sous la forme de trois expositions individuelles simultanées.

Entrée:
12.- | réduit 8.-

Le prix principal des Pax Art Awards 2023 a été décerné au duo d'artistes UBERMORGEN, qui produit des œuvres pionnières dans le domaine du net art depuis les années 1990 et continue de créer des œuvres convaincantes, allant du conceptuel à l'activiste, mais impliquant toujours une approche critique de la société et du système dominant. Johanna Müller et Giulia Essyad ont également été récompensées. Les deux artistes utilisent leurs pratiques respectives pour étudier le fonctionnement des plateformes capitalistes sur internet, sonder le contrôle algorithmique du contenu, l'expression de soi sur les plateformes sociales, et se lancer dans des explorations approfondies de la sous-culture internet - toutes deux utilisent leurs œuvres pour pénétrer les coins les plus reculés du web, revenant dans l'espace d'exposition avec les phénomènes qu'elles ont découverts.

UBERMORGEN

Le duo UBERMORGEN élargit le champ du net art depuis les années 1990 et explore en permanence les nouvelles possibilités qu'offre l'internet. les nouvelles possibilités qu'offre l'internet. UBERMORGEN aborde dans ses œuvres la logique de l'internet en tant que marché et machine de mise en réseau, tout en intervenant dans des contextes politiques, sociaux et culturels. et de réseau dans leurs œuvres, tout en intervenant dans les discours politiques et sociaux. Le groupe d'artistes a reconnu très tôt que l'internet était un média prometteur pour l'art. Dès leurs premiers projets, comme «Vote Auction» (2000), ils ont commencé à faire passer des questions politiques sur le net, non seulement en attirant l'attention sur les injustices sociales, mais aussi en créant des espaces potentiels pour l'action politique. Cette œuvre d'importance historique a été achetée par l'Art Foundation Pax et est également exposée dans le cadre de l'exposition.
Le duo utilise le branding et les stratégies marketing de manière particulièrement habile pour communiquer ses revendications anti-autoritaires et générer une attention médiatique. Les thèmes de la propriété intellectuelle, de l'originalité et de la rareté artificielle, en particulier, ont connu un regain d'intérêt ces dernières années en raison de l'engouement pour les NFT et montrent à quel point il est important qu'UBERMORGEN et d'autres artistes de sa génération contribuent à un discours critique fondé. En réaction à l'engouement pour les NFT, le duo a créé l'une des premières PFP (Picture for Profile) sur Tezos. Ces images de profil sont utilisées dans les médias sociaux et servent de symbole de statut et d'appartenance à un groupe particulier. Les «D1cks» (2021) d'UBERMORGEN, générés sous forme de PFP, se réfèrent directement, avec leur esthétique de pixels colorés, aux CryptoPunks du collectif d'artistes Larva Labs - le premier PFP à ce jour et toujours le plus réussi - et thématisent la bro-culture à dominante masculine de la scène cryptographique et les problématiques qui en découlent.

Johanna Müller

Johanna Müller se définit elle-même comme une flâneuse d'Internet et étudie la manière dont nous nous déplaçons et nous comportons dans les espaces en ligne. Ce faisant, elle conçoit la flânerie comme un processus actif de recadrage et de recontextualisation des contenus, qui se manifeste dans ses travaux par les médias les plus divers, de la vidéo à la performance en passant par des assemblages d'objets installatifs. Les travaux de Müller se caractérisent par l'analyse des phénomènes d'une culture numérique en réseau, de plus en plus complexe, mais aussi surveillée. Elle se consacre par exemple au phénomène du «walled garden» un système contrôlé et fermé pour contrôler le comportement des utilisateurs, comme par exemple dans l'œuvre «What If I Was Wrong About What Jesus Looks Like» (2021), ou à la culture des mèmes, comme dans l'œuvre «Who the f*** is Karen ? (don't show feelings)»(2022). Ces travaux fonctionnent comme des métaphores sur les modes de fonctionnement d'Internet : ils décrivent l'importance de la capacité d'orientation et de la cyberlittératie. La méthode de travail de Müller est un exemple d'art post-Internet, dans le sens où elle se construit après avoir surfé sur Internet. Ses œuvres reprennent l'esthétique et les éléments caractéristiques du Web2, comme les fenêtres pop-up, les tests CAPTCHA, la recherche Google, qui guident, perturbent, orientent notre «voyage» sur Internet et sont un signe de la façon dont Internet fonctionne dans sa structure algorithmique.

Giulia Essyad

Giulia Essyad explore la représentation du corps humain dans les médias de la vidéo, de la photographie, de la sculpture, de la poésie et de la performance. Son propre corps sert de point de départ à des manipulations numériques dans lesquelles elle se glisse dans le rôle d'un personnage de science-fiction ou se met en scène dans le style d'une tendance virale d'Internet. Les stéréotypes de beauté et leur déconstruction sont au cœur de cette démarche. La couleur bleue appliquée sur le corps, symbole d'aliénation et d'altérité, est un élément récurrent dans les œuvres d'Essyad. Dans cet univers, la peau bleue des avatars du blockbuster Avatar de James Cameron, tout comme la divinité indienne Ganesha, servent de modèles. Le sang bleu, qui symbolise la noblesse mais qui, de nos jours, n'apparaît plus que comme un geste d'embarras dans les publicités pour les produits d'hygiène, est par exemple repris par Essyad dans son travail «Blue Period» (2020). La photographie montre l'artiste debout dans une mare de peinture bleue qui s'écoule de son entrejambe. Ce geste est à la fois une référence parodique aux canons de l'histoire de l'art et un démasquage des motifs publicitaires commerciaux. Le triptyque «blueberry.inflation.v1.2» (2021) thématise le motif de la «Blueberry Inflation» et fait référence à la transformation en myrtille que subit le personnage de Violet Beauregarde dans le film La chocolaterie de Willy Wonka.

Internet a fait de cette scène un phénomène viral, entraînant avec lui des fétiches d'imitation à l'échelle mondiale. Dans l'œuvre d'Essyad, la métamorphose peut être lue comme une reconquête du corps contre les idéaux de perfection imposés par la société de consommation. C'est également un hommage aux fans qui célèbrent le corps opulent dans ses aspects érotiques et de plaisir.

Plus
Artistes: UBERMORGEN, Johanna Müller, Giulia Essyad
Commissaires: Marlene Wenger
Partenaires de coopération: Art Foundation PAX
Supporter

L'exposition est créée en collaboration avec la Fondation d'Art Pax.